A la recherche de ce qui ne varie pas – Partie 1

Rappel: Nous nous intéressons à la recherche de ce qui ne varie pas dans le temps, ni par âge, ni par genre sur les 131 questions du test psychologique que nous maintenons (640 000 testés sur 12 ans).

Note : Oui=1 , Non =4

La Q3 : « J’aime manger »

Interprétation de la question : Difficile d’imaginer qu’il y ait un biais sur cette question. Le seul qui nous paraît possible est celui de l’horaire de passation. En effet, dans les magasins, il a été observé une augmentation des achats sur les horaires qui précèdent les repas. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que cette variation se retrouve ici.

Par heures

Le graphique parle de lui-même :

tab002

A 4 heure du matin, l’homme à faim ! Certainement ceux qui ont un travail de nuit.

A 10 H , l’homme à faim ! Milieu de matinée, les ventres grognent.

A 16/17 H, l’homme à faim ! C’est l’heure du goûter.

reste le pic de 3h qui est étrange.

Entre les hommes et les femmes

B_genre Moyenne Ecart type
Homme 1.60 .791
Femme 1.59 .841
Total 1.59 .823

 

0.01 point (sur 4) de différence sur 640 000 observations, et donc plus de 250 000 pour chaque sexe.

si 0.01 est négligeable: Le fait d’aimer manger n’est pas différent que l’on soit un homme ou une femme.
si 0.01 n’est pas négligeable : Les homme aiment un tout petit peu moins manger que les femmes.

Par âge

B_age Moyenne Ecart type
0-16 1.66 .863
16-18 1.59 .826
18-25 1.55 .796
25-35 1.59 .804
35-45 1.68 .863
45-55 1.75 .896
55+ 1.79 .936
Total 1.59 .823

 

L’appétit vient en étudiant ! L’âge est donc une variable importante de cette question. Qu’il s’effrite avec les années grandissantes est une chose qui nous semble logique en terme de gestion et besoin en énergie. Par contre, la différence entre les adolescents et les jeunes adultes nous apparaît étonnante.

Par mois

B_mois Moyenne Ecart type
1        1.5968 .824
2         1.5817 .814
3         1.5868 .819
4         1.5861 .815
5         1.5932 .825
6         1.6027 .826
7         1.6033 .826
8         1.6060 .828
9         1.6037 .824
10         1.5903 .823
11         1.5885 .821
12         1.5993 .827
Total 1.59 .823

tab001

Là il y a quelque chose d’étrange. Que l’appétit baisse en période estivale, cela nous paraît tout à fait normal. Par contre, le mois de décembre devient singulier… La période des fêtes serait-elle trop riche ?

 Par taille

B_taillenum Moyenne Ecart type
Petit 1.63 .867
Moyen 1.60 .827
Grand 1.56 .791
Tres grand 1.54 .807
Total 1.59 .823

Rien d’étonnant: plus on est grand, plus on a besoin d’énergie, plus on aime manger.

Par métier

B_cspintra Moyenne Ecart type
Cadres (informatique, télécoms) 1.67 .807
Cadres autres secteurs 1.62 .787
Chefs d’entreprises 1.60 .811
Professions libérales 1.64 .840
Professions intellectuelles, artistiques 1.60 .833
Chercheurs ou médecins des hopitaux 1.68 .861
Enseignants ou personnels de la santé 1.61 .838
Etudiants 1.56 .799
Collégiens-Lycéens 1.62 .840
Agriculteurs exploitants 1.57 .808
Ouvriers spécialises ou agricoles 1.56 .806
Artisans 1.56 .824
Commercants et assimilés 1.55 .820
Employés (informatique, télécoms) 1.61 .816
Employés de la fonction publique 1.60 .831
Employés des entreprises 1.57 .817
Retraités, pré-retraités 1.83 .966
Chomeurs et inactifs 1.61 .857
Total 1.59 .823

Voilà qui est intéressant !

Au top de ceux qui ont le moins d’appétit : Les retraités. Cela corrobore les chiffres liés à l’âge. Puis les chercheurs et médecins des hôpitaux.

Mais au top de ceux qui ont le plus d’appétit… on retrouve les commerçants !

Conclusion

Nous avons étudié brièvement cette question parce qu’elle varie peu dans le temps avec un écart moyen de 0.02 pts sur 12 ans. Dans le détail, les choses deviennent vite plus complexes, notamment avec les chiffres par métier.

En effet, nous nous sommes permis de d’interpréter cette question comme un indicateur de l’appétit et/ou de la satiété.

Que cet indicateur varie avec les besoins en énergie (heure, âge, taille), cela est tout à fait normal et la dépendance n’est pas à discuter.

Par contre, dés que l’on s’intéresse aux métiers, les variations entre CSP deviennent trop importantes pour être expliquée superficiellement. Cela dit, il y a fort à parier que le fait de particulièrement « aimer manger » soit lié à une sorte « d’avidité » (commerçants). Mais comment expliquer la différence de 0.05 pt entre les cadres du secteur informatique et des autres ?
Ou comment expliquer  le score des chercheurs (1.68) ?

Cela reste des questions en suspend.

 

 

 

 

Laisser un commentaire