A la recherche de ce qui ne varie pas – Partie 2

Suite de notre recherche de ce qui ne varie pas sur 12 ans de données et 640 000 observations

Article précédent : La question « j’aime manger »

 

Nous allons à présent regarder de plus près

la Question 326 : »Les formes sensibles ne sont qu’un renseignement »

D’emblée, nous avons parfaitement conscience que cette question est difficile. Il est donc probable que beaucoup de sujets aient répondu au hasard, ce qui expliquerait sa constance proche de la moyenne neutre à 2.50 pts.

Pour autant, cette question pose aussi 2 paradigmes de la perception :

1. Ce que je perçois est de la pure information.

2. Ce que je perçois contient du sens en plus de la simple information.

De plus, et c’est là une bonne surprise, les variations de moyennes font passer de oui à non et inversement !

Variations par années et par mois

Aucune variation notable de 2001 à 2013, la moyenne reste à 2.56 (Ecart moyen de 0.02), c’est-à-dire, plutôt non.

 

Par genre, entre les hommes et les femmes

Si les personnes ont répondu au hasard, alors les hommes et les femmes n’ont pas le même hasard …

B_Q326
B_genre Moyenne N Ecart type
1 2.48 243812 .919
2 2.61 398668 .956
Total 2.56 642480 .945

 

Là c’est vraiment intéressant. Non seulement il y a un écart non-négligeable entre les hommes et les femmes sur cette question, mais en plus il s’agit d’une réponse opposée !

Pour les hommes, OUI, les formes sensibles ne sont qu’un renseignement.
Pour les femmes, NON, les formes sensibles ne sont pas qu’un renseignement.

Et pour le coup, ce résultat nous a tellement surpris que nous vous donnons aussi le comptage pour bien mesurer l’impossibilité d’une erreur.

Il semble donc qu’en cherchant ce qui ne varie pas, nous ayons trouvé une des différences fondamentales entre les hommes et les femmes (sans dire pour autant sa cause, culturelle, biologique etc.) . Autrement dit, l’un et l’autre perçoivent le réel différemment. Les hommes perçoivent de l’information, les femmes perçoivent du sens.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Variations par âge

B_Q326
B_age Moyenne Ecart type
0-16 2.56 .969
16-18 2.59 .928
18-25 2.59 .926
25-35 2.54 .949
35-45 2.46 .994
45-55 2.39 .997
55+ 2.30 .975
Total 2.56 .945

Ces chiffres sont particulièrement importants. Avec l’âge la réponse passe de NON (jusqu’à 35 ans) à OUI (au-delà)

Résumé vulgairement, quand on est jeune on croit que tout à du sens, à 40 ans, on y croit plus ! C’est la crise de la quarantaine !

Par métier

B_Q326
B_cspintra Moyenne Ecart type
Cadres (informatique, télécoms) 2.50 .882
Cadres autres secteurs 2.50 .907
Chefs d’entreprises 2.44 .947
Professions libérales 2.46 .991
Professions intellectuelles, artistiques 2.60 .992
Chercheurs ou médecins des hopitaux 2.48 .968
Enseignants ou personnels de la santé 2.55 .967
Etudiants 2.60 .912
Collégiens-Lycéens 2.59 .942
Agriculteurs exploitants 2.52 .967
Ouvriers spécialises ou agricoles 2.48 .988
Artisans 2.50 1.008
Commercants et assimilés 2.49 .992
Employés (informatique, télécoms) 2.56 .926
Employés de la fonction publique 2.53 .977
Employés des entreprises 2.55 .960
Retraités, pré-retraités 2.25 .957
Chomeurs et inactifs 2.55 .996

Pour les retraités, oui, les formes sensibles ne sont qu’un renseignement, et cela confirme la courbe descendante selon l’âge

Et pour les intellectuels et les artistes, non, il y a plus dans les formes sensibles.

Voilà les 2 opposés.

Conclusion

Mine de rien, par cette simple analyse de surface, 2 observations importantes :

Alors que cette question semble indépendante de l’époque (invariante sur 12 ans), elle a la particularité d’opposer 2 visions du réel. Nous aurions pu penser, qu’étant donné la difficulté de la question, les réponses seraient pour le moins toutes orientées selon la même tendance. Et c’est là la surprise : Les variations sont de l’ordre de la réponse opposée.

Ainsi, hommes et femmes sont plus que différents, il sont opposés sur cette question.

De même, l’âge fait changer d’avis sur la question .

Nous regrettons de ne pas avoir demandé des 1999 l’âge exact des sujets, ce qui nous aurait permis de définir exactement l’âge de « bascule ».

Nous pouvons donc dire que cette question est invariante, a priori culturellement, mais qu’elle reste particulièrement dépendante de l’expérience du réel, au sens du vécu.

Plus que cela, nous pouvons plus philosophiquement affirmer que la prise de position de « percevoir du sens », ou « il y a du sens », est durement mise à l’épreuve au fil des années vécues… au point même d’être abandonnée autour de 40 ans…

Prophétie hypothétique : Il nous paraîtrait étonnant qu’un tel changement de paradigme ne s’accompagne pas de changement physiologique, en cause ou en effet.

To be continued

Laisser un commentaire